janvier 27, 2023

Les remboursements d’obligations dépassent les émissions de 6,8 milliards en octobre

2 min read

L’amortissement des titres par les secteurs de l’économie a dépassé les émissions de 6,8 milliards d’euros en octobre, le secteur des administrations publiques ayant « le plus contribué » à ce résultat, a indiqué aujourd’hui la Banque du Portugal (BdP).

« En octobre, les remboursements de titres ont été supérieurs aux émissions de 6,8 milliards d’euros. Les amortissements des titres de créance ont dépassé les émissions de 6,9 milliards d’euros et, en sens inverse, les émissions d’actions ont dépassé les amortissements de 0,1 milliard d’euros », a précisé la banque centrale.

Selon la BdP, le secteur des administrations publiques « a été le plus grand contributeur à ce résultat, les rachats de titres ayant dépassé les émissions de 7,3 milliards d’euros », suivi des sociétés non financières avec 233 millions d’euros.

Les émissions du secteur financier ont dépassé les remboursements d’environ 723 millions d’euros.

À la fin du mois d’octobre, la valeur totale des titres émis par les entités résidentes était de 464 079 millions d’euros.

Au cours du mois sous revue, les actions émises par les sociétés non financières et le secteur financier ont augmenté d’environ 2,9 milliards et 300 millions d’euros, respectivement.

Selon la BdP, sur un total de 281 000 millions d’euros de titres de créance en circulation à la fin du mois d’octobre, des remboursements de 43 000 milliards d’euros étaient prévus pour les 12 prochains mois, soit 15,3 % du total.

« Les administrations publiques et le secteur financier se distinguent, avec des amortissements prévus pour octobre 2023 de 10 600 millions d’euros et 4 000 millions d’euros, respectivement », ajoute-t-il, soulignant que « dans le cas des sociétés non financières, le montant des amortissements prévus pour novembre 2022 est de 4 400 millions d’euros. »

La banque centrale a également noté que les remboursements prévus pour les sociétés non financières « correspondent en grande partie à des billets de trésorerie, un instrument de financement à court terme largement utilisé par les entreprises portugaises et qui est généralement renouvelé, c’est-à-dire amorti en même temps qu’une nouvelle émission, également à court terme.

« Il est donc prévisible qu’un nombre élevé d’amortissements prévus à moins de 30 jours de la fin du mois seront systématiquement enregistrés », a-t-il déclaré.

La BdP met à jour ses statistiques sur les émissions de titres le 9 janvier de l’année prochaine.