mai 24, 2022

Vaccins contre le Covid-19 : Jean Castex a-t-il raison d’affirmer que les personnes ayant reçu deux doses « n’ont plus de chance d’attraper la maladie » ?

2 min read

Même si les vaccins protègent à plus de 90% contre les formes graves de la maladie, ils n’empêchent pas d’être contaminé.

Avec le déploiement progressif du pass sanitaire, certaines contraintes sont allégées pour les personnes vaccinées contre le Covid-19. Le Premier ministre Jean Castex a ainsi annoncé, mercredi 13 juillet, sur TF1, qu’elles ne seraient plus considérées comme « cas contact ». Le chef du gouvernement a rappelé « que les personnes qui ont deux doses » devaient jusqu’ici s’isoler « lorsqu’elles croisaient une personne qui était contaminée ». Or, a-t-il poursuivi, « les analyses faites sur ces personnes montrent qu’en réalité elles n’ont plus de chance d’attraper la maladie ». Mais cette affirmation du Premier ministre semble un peu hâtive. Ou du moins réductrice. Sur quoi sont fondés les propos de Jean Castex ? Impossible de le savoir : les services de Matignon, du ministère de la Santé et de la direction générale de la santé (DGS) n’ont pas répondu aux demandes de précisions de franceinfo.

Une chose est certaine : les vaccins protègent principalement des formes graves de la maladie et des hospitalisations. Concernant les produits homologués par l’Agence européenne des médicaments, le vaccin de Pfizer-BioNTech est considéré comme efficace à 95% contre les formes graves (en anglais), celui de Moderna à 94,1% sur les formes symptomatiques (en anglais) et celui d’AstraZeneca à 76% contre les formes symptomatiques également. Enfin, le groupe Johnson & Johnson, dont le vaccin ne nécessite qu’une seule dose, a annoncé une efficacité à 85% pour empêcher les formes graves.

D’autres études, plus récentes, ont confirmé que recevoir deux doses de vaccin s’avérait efficace pour prévenir les formes graves et les hospitalisations, même contre le variant Delta, devenu majoritaire en France. Deux doses du vaccin de Pfizer-BioNTech protègent ainsi à 88% des formes symptomatiques liées au variant initialement identifié en Inde, selon une étude publiée le 21 juillet dans la revue New England Journal of Medicine (en anglais). Pour le vaccin d’AstraZeneca, après deux doses, la protection contre les formes symptomatiques après avoir été infecté par cette même souche du virus s’élève à 67%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *