avril 17, 2024

Les risques de la régulation d’Internet

3 min read

Les efforts bien intentionnés pourraient mettre en péril la liberté d’expression

Le 14 mars, la Chambre des Représentants des États-Unis a adopté une législation qui, si elle était promulguée, obligerait le conglomérat médiatique chinois ByteDance à se séparer de TikTok ou à voir le populaire site de médias sociaux interdit aux États-Unis. La crainte que Pékin ait accès aux données de 170 millions d’utilisateurs américains de TikTok et ait ainsi la capacité d’influencer leur régime d’information a permis au projet de loi de passer facilement à la Chambre. L’approbation de cette législation démontre la nature conflictuelle de la relation entre les États-Unis et la Chine, mais elle met également en lumière une tendance dans le monde démocratique où les gouvernements promettent de transformer Internet d’une zone de danger et de désinformation en un espace de sécurité et de confiance.

Cette législation américaine, bien qu’elle soit draconienne dans sa tentative d’interdire une plateforme entière, n’est pas isolée. L’Union Européenne, le Royaume-Uni et de nombreux autres pays ciblent également les préjudices en ligne, y compris les risques pour la santé mentale et physique des enfants, l’incitation alimentée par la haine et l’interférence avec le débat démocratique et les institutions. Ces préjudices sont des sujets de régulation convaincants, mais leur traitement doit être conforme aux normes démocratiques. Le droit des droits de l’homme – le cadre applicable dans toutes les démocraties – exige au minimum une démonstration de la nécessité et de la proportionnalité de toute restriction, ainsi que de la précision et de la clarté pour limiter la discrétion de l’État à appliquer une règle à volonté. Bien qu’un accent sur la sécurité et la confiance soit légitime, cela ne peut réussir seul si cela met en péril les droits individuels, y compris les droits des mineurs, à la liberté d’expression, à la vie privée, à l’association et à la participation publique. Lorsqu’elle n’est pas soigneusement élaborée ou contrainte, la régulation de la parole en ligne pourrait être utilisée pour faire taire des opinions défavorisées, censurer des groupes marginalisés, limiter l’accès à l’information et diminuer la vie privée et la sécurité individuelle.

En réponse à la pression publique pour nettoyer Internet, les responsables politiques de Bruxelles, de Londres, de Washington et au-delà suivent un chemin qui, entre de mauvaises mains, pourrait conduire à la censure et à l’abus. Certains à Bruxelles, y compris dans les institutions de l’UE et la société civile, parlent d’un « test Orban », selon lequel les législateurs devraient se demander s’ils seraient à l’aise si la législation était appliquée par le Premier ministre autoritaire et censeur de la Hongrie, Viktor Orban, ou quelqu’un comme lui. C’est une manière intelligente de voir les choses, particulièrement pour ceux aux États-Unis préoccupés par la possibilité d’un autre mandat pour l’ancien président américain Donald Trump (qui a célèbrement et de manière inquiétante qualifié les médias indépendants d’ennemis du peuple). Plutôt que d’élargir le contrôle gouvernemental sur la parole sur Internet, les responsables politiques devraient se concentrer sur les types d’actions qui pourraient véritablement promouvoir un meilleur Internet.